Hors sujet

Publié le par Liloo

Oui je sais. Une des règles de bonne conduite du blogueur est de respecter la ligne éditioriale fondatrice de son blog. Dans mon cas, scrap et photo. Et bien puisqu'il faut toujours une exception qui confirme la règle, voici un petit billet sans aucun rapport avec mes deux premières passions.

Mais j'ai aussi la passion du cinéma, je suis plutôt une grosse consommatrice car de nature "bon public" j'ai une large plage de satisfaction lorsque je m'assois douillettement dans une salle obscure.

Je vais donc vous parler de Inglorious Basterds.

Fan depuis le début du cinéma de Quentin Tarantino, je l'attendais depuis longtemps ce nouveau film.
Mais si j'ai passé les 2h30 du film sans m'ennuyer, il y a quand même quelques points négatifs. Et commme qui aime bien chatie bien....

A la façon d'un western spaghetti QT nous parle de l'abomination du 3ème Reich.

Ça commence pas une longue scène faite de plans séquences. Un face à face entre Christoff Waltz qui campe un officier SS sarcastique d'une étonnante cruauté et un acteur français, inconnu pour moi, qui joue un paysan dans la France de 41. C'est une scène exceptionnelle ! d'une intensité croissante avec des dialogues délicieusement ciselés. Ils sont tous les deux brillants !

On se dit que le cap est lancé et que si tout est comme ça on va avoir droit à un chef d'oeuvre à la Réservoir Dogs.
Malheureusement ça ne dure pas, le reste est parfois brouillon voire gratuit. Les idées (bonnes pourtant) s'emmelent les crayons. Tarantino nous mets l'eau à la bouche en posant des personnages prometteurs et les gaspillent en les éliminant bien trop vite. Je me suis parfois demandée si je n'étais pas dans un film des frères Cohen tant le burlesque est inattendu (tombant parfois comme un cheveu sur la soupe).

A noter tout de même une autre très longue scène du niveau de la 1ère, celle de la tarverne où vrais et faux officiers SS se retrouvent autour d'une table, une carte de jeu collée sur le front. C'est magistral et Diane Kruger y est divine.

Quant à Brad Pitt , il est excellent dans ce rôle burlesque, tout comme il l'était dans Burn after Reading. Je trouve que c'est finalement dans ce registre qu'il excelle !

Par contre, grosse déception pour l'interprétation de Melanie Laurent. En jeune juive survivante et clandestine elle est sans saveur, je n'ai pas réussi à croire à son histoire, aucune émotion, que ce soit la peur ou la fureur ne transpire.
Quel dommage pour cette actrice qui a pourtant fait de belles interprétations précédemment. Pourtant Tarantino lui a offert une scène en duo avec C. Waltz qui aurait pu être brillante. Si lui l'est, elle est totalement passée à côté. (La scène du strudel).

Par contre la photographie de tout le film est majestueuse ! Quand à la BOF, alors que je l'ai toujours trouvé percutante dans les autres films de QT, je n'ai pour l'instant aucun souvenir de celle là ! Je suis sûre qu'elle est très bonne, mais elle a tout simplement été dévorée par le film !

Maintenant ça reste du grand cinéma comme j'aime et je ne regrette pas le déplacement !


A NE PAS LIRE CE QUI SUIT POUR CEUX QUI VONT VOIR LE FILM puisque ça dévoile une part du suspens.....









QT réécrit l'histoire... et pour une fois, ça fait rudement  plaisir de voir Hitler se faire zigouiller, surtout à la Tarantino  !

Bye bye les blogueurs .

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Merci pour cette sympatique critique ! J'irai voir ce film.
Répondre
F
je les attendais les commentaires !!!
la BO... tu as raison, m'en souviens plus non plus.
J'ai été subjuguée par C. Waltz sauf la dernière scène ou le rôle du pleutre et trahi lui sied moins bien.
+ 1 pour Mélanie Laurent... sans consistance.
On saute du presque envoutement au burlesque ; QT joue les enfants terribles et se permet tout ce qu'il veut sans que cela serve le film, seulement ses caprices de garçon gâté.
Tout comme toi, j'ai bcp aimé les 2 scènes phares du film : des dialogues ciselés, des jeux d'acteurs auxquels on reste suspendus... grands moments.
merci pour ce partage.
Répondre
L

Je vois qu'on l'a vécu pareil ce film !
Tout d'accord pour la dernière scène, ça aurait gagné en qualité si Hans Landa restait jusqu'au bout cruel indécrottable, même avec son petit cadeau du Lt Raines !